précédent aide sommaire annexes suivant
Les sismomètres

Qu'est-ce qu'un sismomètre ?
Un sismomètre est un appareil capable de détecter de très petits mouvements du sol et de les enregistrer, de façon très précise. Le sismomètre se compose généralement d'un capteur, d'un amplificateur, d'un transducteur et d'un enregistreur.

Comment fonctionne un sismomètre ?
Un sismomètre est constitué le plus souvent d'une masse et d'un bâti liés au sol. L'appareil doit être autant que possible isolé de l'extérieur, afin que les variations de température et de pression n'affectent pas la stabilité du système. Un mouvement du sol va entraîner un mouvement du bâti, puis un mouvement entre la masse et le bâti qui porte également un système d'enregistrement.
Actuellement on utilise surtout des sismomètres électromagnétiques.
Ils ne mesurent pas le mouvement du sol mais la vitesse de mouvement du sol.
Le signal, issu du capteur, est amplifié électroniquement. Il est enregistré sous forme numérique et parfois en même temps sur papier pour contrôle.
Un tracé de séisme s'appelle un "sismogramme".
Le domaine observable des périodes des ondes sismiques est trés large (de 0.1 seconde à plus de 1000 secondes), trop large pour qu'un seul sismomètre puisse les enregistrer correctement. Pour couvrir toute cette bande de périodes, on utilisera deux types de capteurs :
Le sismomètre courte période "CP" dont la période propre est centrée sur une seconde approximativement.
Le sismomètre longue période (ou large bande), "LP" ou "LB", dont la période propre est centrée sur 20 ou 30 secondes, voire beaucoup plus en utilisant des techniques d'asservissement.

sismomètre 1
sismomètre 2

Flêche hautHaut de la page
Les réseaux de sismomètre


Réseaux sismologiques


Flêche hautHaut de la page

  • au niveau national et régional :
    Pour surveiller une région à risque sismique, les mailles du réseau sont beaucoup plus resserrées. Un réseau régional, comme celui du bassin rhénan comporte une quinzaine de stations. L’interprétation, pour ce réseau, se fait par la RéNaSS (Réseau National de Survillance Sismique) à l’EOST à Strasbourg.
Un des appareils de mesures de la station d'Echéry Photo des appareils de la station située au fond d’une des mines de Sainte-Marie-aux-Mines pour éviter le bruit (variations extérieures, parasites). Un sismographe

Flêche hautHaut de la page

Un exemple de sismogramme

Nous n'avons pas de sismogrammes de séismes qui ont eu lieu en Alsace car ils sont de trop faible intensité.
Un sismogramme


Flêche hautHaut de la page

précédent [introduction] [séismes et risques] [historique] [sismomètre] [sondage] [interview] [mesures parasismiques] [maisons à colombages] [conclusion] [annexes] suivant